Réflexions sur la violence éducative

Le 30 avril marque la journée internationale de la non violence éducative. Je dois dire que je n’avais jamais entendu parler de cette journée. Ni du concept. Seulement depuis un moment je m’intéresse au sujet et étant une jeune maman, la façon dont je souhaite élever mon enfant se pose de plus en plus. Je parlerai donc de ce sujet avec un point de vue plus personnel qu’expert. N’ayant ni la prétention d’être psychologue ou spécialiste dans le domaine.

Lire la suite de « Réflexions sur la violence éducative »

Les Maters de la toile

Le mois de février en Amérique du Nord a célébré le Black history month. Un mois pour rendre hommage à l’histoire des noirs, à leur contribution dans la société. Pour la communauté afro c’est également un moment durant lequel on met en avant le « black excellence » ou encore on soutient des initiatives /entreprises lancées par des noirs. Je dois dire qu’étant noire + ayant toujours vécue en Afrique + ayant fait la promotion dans mon univers professionnel des artistes/créateurs noirs (africains) = ma célébration c’était tous les jours. Vivre dans une société et un continent où je ne fais plus partie de la majorité change un peu la donne. Etant en plus mère et élevant mon enfant dans un environnement où il est considéré comme une minorité visible, c’est encore un autre débat.

Lire la suite de « Les Maters de la toile »

Faire de son mieux en 2018

Nouvelle année, nouvelles méthodes disent certains. Nouvelle année, nouvelles pages à écrire, je dirai.

J’avais commencé ce billet avec élan et entrain. Je m’étais précipitée pour des conseils à « la coach mieux vivre et tutti frutti » jusqu’à ce que la réalité me rattrape. Alors que j’avais établi une routine et commencé à suivre de près mes résolutions, tout a été chamboulé par une succession « d’imprévus ». Dans le bon sens, bien heureusement mais non sans une désorganisation totale. Alors j’ai pris du recul et j’ai revu mon billet plein de bons sentiments. J’ai également repassé en mémoire quelques échanges avec d’autres mères et femmes, le challenge commun réside en 2 mots : le temps. Trouver le temps de … compléter avec ce qui vous convient au choix ( passer du temps en famille sans regarder la montre, prendre du temps pour soi = self care, avancer sur ses projets personnels etc.).


Après ce listing et la relecture de mon 1er billet, il m’est clairement apparu que je ne pouvais maîtriser le temps. J’ai donc décidé de faire au mieux, de faire de mon mieux.

Les visions board sont beaux, les agenda façon bujo bullet journal et autres techniques japonaises sont ultra géniaux, les objectifs et résolutions sont magnifiques, le self care est supra génial mais tout peut être chamboulé lorsque survient un événement ou une désynchronisation du destin et de notre volonté.

Alors je ferai de mon mieux, je me remettrai en question et surtout j’essaierai au maximum d’être présente, là, maintenant, tout de suite. Cela dit en passant, je regarde quand même mon vision board et remets mes objectifs en ordre dès que je peux.

Ce que j’ai arrêté de faire c’est de me rendre malade quand des imprévus viennent chambouler “l’ordre” que je veux établir. Faire de mon mieux c’est à dire donner le meilleur de moi même pour tout ce qui me tiens à cœur de mon bien être à la famille et aux amis, des projets créatifs à mes ambitions professionnelles, bref je ferai de mon mieux et je naviguerai comme je pourrai.

Les vieilles dames sous la pluie.

Danser sous la pluie disait l’autre, pour mon cas, par ce temps, ce serait danser sous la neige. Je vous l’avoue on ne s’habitue pas aux températures glaciales du grand Nord canadien mais on fait de son mieux. 

Concernant cette belle plateforme collaborative, 2017 a été une belle année. En 6 mois d’existence, nous avons lu des contributions aussi touchantes les unes que les autres autour des femmes, de la maternité et de la parentalité. Tout cela avec la voix et la plume des protagonistes vivant en Afrique ou issues de la diaspora africaine. Une narration qui pour nous a de l’importance car trop souvent reléguée au silence. Parler c’est agir remember ?

Cette nouvelle année également nous ferons de notre mieux avec des nouvelles thématiques abordées, de nouvelles rubriques et une lettre d’informations.

De beaux projets n’est ce pas ? Nous comptons sur vous pour nous les rappeler si jamais ils se font un peu attendre, mais promis nous ferons de notre mieux 🙂

Et vous, qu’avez vous prévu pour 2018 ? Avez vous un mantra pour cette année ? 

Bonne et belle année 2018 chères lectrices et lecteurs.

Parler c’est déjà agir

Comme beaucoup de femmes, j’ai accueilli le flot de témoignages suivant les hashtags #Metoo, #moiaussi, #balancetonporc avec beaucoup de peine et une envie de dire à toutes ces femmes qu’elles n’étaient en rien coupables. J’ai toujours pensé que parler servait à quelque chose contrairement à l’adage “parler c’est bien agir c’est mieux “, je pense que parler c’est déjà agir.

metoo

Il en faut du courage pour partager un moment où une agression aussi intime que celle de notre corps a lieu, il en faut du courage pour partager le récit de cette expérience publiquement. Il en faut du courage pour parler ouvertement de sujet aussi délicat dans une communauté où le poids de la culture impose parfois une loi du silence.

Il en faut du courage dans une société patriarcale où les témoignages des femmes sur des expériences aussi douloureuses quand ils ne  sont pas remis en question, sont souvent banalisés et assimilés à des bavardages qui vont se calmer dès que l’effet de mode sera passé.

Dans la communauté afro, à travers podcasts, tweets, témoignages sur les réseaux sociaux, articles, live instagram, le poids de ces traumatisme a été partagé. Ce déliement des langues a également permis le lancement de pistes de solutions.

Parler dans une société qui impose le silence sur certains sujets c’est déjà agir

Le hashtag de partage d’expériences et de soutien aux victimes d’agressions sexuelles au Sénégal #nopiwouma qui signifie en wolof, je ne me tairais pas est un acte de rébellion face à la culture du silence.  Initié par 2 femmes sénégalaises (Codou Olivia et NK), c’est sur Twitter et Instagram que les témoignages se font. Un google doc est également accessible aux internautes qui souhaitent parler pour se libérer.

Parler c’est déjà agir pour les jeunes générations et celles futures

generation future
Une jolie couverture d’un livre pour enfant qui pourrait être aussi une piste de solution dans la prévention

En tant que mère, tante, soeur, amie, je ne souhaite pas que les jeunes générations se taisent quand quelque chose les gène. Aussi bien quand un comportement d’une personne étrangère ou proche les met mal à l’aise. Parler, parler, instaurer le dialogue aussi bien avec les garçons qu’avec les filles.

L’époque où le parent et l’adulte étaient des êtres tous puissants qu’on devait écouter sans mot dire ni questionner devrait pour ma part laisser la place au dialogue. Et cela peu importe la culture. Considérer l’enfant, malgré son jeune âge comme une personne à part entière qui peut exprimer librement ses émotions sans crainte peut aider à rompre les tabous sur certains sujets et prévenir peut être… peut être. 

N’hésitez pas à partager en commentaires d’autres livres ou initiatives qui pourraient être des pistes de solutions.