SOS Maman inquiète

‘Le plus difficile dans la maternité c’est cette inquiétude intérieure que l’on ne doit pas montrer.’ Audrey Hepburn.

Ma famille et moi avons connu de gros changements il y a un an de cela. Pour des raisons professionnelles, j’ai quitté mon dernier lieu de résidence, sa chaleur et son réconfort. J’appréhendais les changements pour moi et pour mes enfants mais, j’étais loin du compte; je le réalise aujourd’hui.

On pense à tort que les enfants sont plus résilients qu’il n’y paraît.

On oublie qu’il ne faut pas généraliser tant nous sommes différents, et nos enfants bien plus encore.

On oublie qu’à un certain âge, les enfants sont rassurés par la routine.

Oui, ces êtres peuvent regarder le même dessin animé des centaines de fois sans jamais s’en lasser.

Oui, voir des visages familiers tous les jours est rassurant pour les petits bouts de chou pour qui tout changement brusque peut être vécu comme un traumatisme.


Je le sais et pourtant j’avais oublié tout ça!

Nicholas Githiri Pexels.com

 

Ca fait un an que j’ai déménagé. Ca fait un an que mon fils a arrêté de parler. Je n’y avais pas vraiment prêté attention les 1ers jours. Et puis un jour, j’ai constaté que son vocabulaire déjà si “restreint” se réduisait comme peau de chagrin.

Mon bébé qui connaissait les salamalecs et était le perroquet de la maison, du jour au lendemain, ne disait plus rien. Même “maman” qu’il se faisait la joie de répéter tel le refrain d’une chanson. Même “maman” s’est envolé comme ça sans que je n’ai eu vraiment le temps d’en profiter.

Nicholas Githiri Pexels.com

Du jour au lendemain, mon fils s’est coupé du monde en s’interdisant de parler. Une réaction violente et assumée. Car je connais mon fils. Je lis dans son regard espiègle et son énergie débordante qu’il va bien et qu’il vit sa vie. Mais, sa voix ne se fait entendre que quand il crie de joie ou quand il joue avec ses voitures qui vrombissent et dont les vitesses et les virages font crisser l’asphalte.

Au début, je me suis dit : “ça va passer”. Deux mois, trois mois max. Il va parler! Nous voilà rendus à plus d’un an et il ne re parle toujours pas. Quelque soit le stimuli, IL NE PARLE PAS. 

Je l’ai inscrit à l’école, espérant que le contact avec les autres enfants “l’obligent” à parler mais rien. Il ne parle pas. Il se terre dans un mur de silence.

Je l’ai amené chez le médecin de famille. A qui j’ai parlé à demi mots de mes inquiétudes. Il a souri. Il m’a dit que les enfants grandissent à leur rythme (Comme si je ne le savais pas. Sans compter que là n’est pas la question!). Il lui a donné des instructions que mon fils a suivi A LA LETTRE. Et lui de me dire : “vous voyez Madame, votre fils va bien”. Comme si je lui avais dit que mon fils n’entend pas. C’est dingue comment on peut se sentir seule chez un médecin. Ma préoccupation clairement définie et sans émotions balayée du revers de la main…Autant vous dire que j’ai ravalé ma frustration…. 

Non, il ne parle toujours pas! Et son évolution SLOWMOTION ne me rassure pas. Je ne compte pas le nombre de fois que je me suis demandé ce que j’ai mal fait. Qu’est ce que j’ai mangé ou bu durant ma grossesse qui justifierait cette progression en mode “paresseux”. Le pire, je crois c’est quand il y a un point de référence. Même si je sais que comparaison n’est pas raison, je regarde son frère et je me dis que lui n’avait pas ce problème.

J’en ai discuté avec son papa qui partage mes inquiétudes. Lui aussi est affecté par ce “mutisme”. Après plus d’un an, nous avons décidé de l’emmener voir des spécialistes. Cera sera l’orthophoniste et le psycho-pédiatre.

Un de mes proches, me disait que je suis tellement obsédée par sa non communication que j’en oublie toutes les petites choses de sa vie d’enfant. Et pourtant, je rends grâce pour son espièglerie, sa vivacité d’esprit, son hyper activité qui m’exaspère souvent et pour laquelle je suis si reconnaissante. Ses fous rires, ses tentatives d’ ”escroquer” mon coeur, sa force de caractère. Non, je ne suis pas obsédée par cette absence de parole qui un jour a existé.

Avec cet épisode, j’ai appris.


Dazzle Jam Pexels.com

Mon fils est une entité entière. 

Un être complexe comme ses parents.

Il n’est pas qu’un enfant.

Il est une personnalité avec sa sensibilité et ses émotions qu’il communique à sa manière.

Je le savais déjà. Oui, on le sait mais on ne le matérialise pas tant que l’on ne le vit pas. 

Quand ça arrive à des proches, on trouve les mots mais on ne comprend pas pourquoi ils n’“acceptent” pas ce qu’on leur dit! “Tu te fais du mauvais sang pour rien. Les enfants grandissent à leur rythme”!

Aujourd’hui, je comprends le désarroi que l’on peut vivre et cette peur parfois irrationnelle qui tenaille les entrailles mais qu’on ne doit pas laisser paraître.

Anonyme

Un commentaire sur « SOS Maman inquiète »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s