Au moins un garçon et une fille

Lorsqu’on a son 1er enfant, et qu’on a la possibilité et l’envie d’en avoir un 2e, le souhait principal formulé par les proches ou l’entourage est d’avoir un enfant de sexe différent du 1er, pour qu’il yait un « équilibre ». Ce souhait est aussi parfois celui des parents.

Malheureusement, il arrive qu’au bout du 2e, 3e ou même 4e enfant, cet équilibre ne soit toujours pas atteint. Si pour plusieurs couples cela peut ne pas poser de problème, pour d’autres les remarques et plaisanteries des proches ou de l’entourage peuvent très vite devenir invivables.

Pire dans certains contextes, « l’opprobre » est jeté sur la femme qui n’a pas pu donner de garçon ou de fille à son mari. Avant de donner nos « recommandations » pour plus de bienveillance, petite mise en contexte et quelques partages de témoignages que nous avons pu recueillir.

Le choix du roi 

« Quand je dis aux gens que je ne souhaite pas avoir d’autres enfants,  2 me suffisent amplement. J’entends souvent cette réponse :  Ah c’est parce que tu es déjà bien, tu peux te reposer, tu as eu le choix du roi ». F

Le choix du roi est une expression originaire du moyen âge qui est encore utilisée aujourd’hui. Elle désigne les familles qui ont un garçon, puis une fille. Dans cet ordre très précisément. Cet idéal garantissait également la transmission du nom de famille et la désignation de l’héritier masculin.

La pression pour avoir un garçon, ma mère l’a eu. Elle en a beaucoup souffert d’ailleurs. Au point où la famille mettait la pression a mon père pour qu’il prenne une autre femme. Les filles ne pouvaient pas être des héritières car elles partaient en mariage et ne gardaient pas le nom de la famille. Si nous sommes autant de filles c’est parce que maman cherchait un garçon. Quand mon père a enfin eu un garçon, il n’y croyait pas. Ça a été la fête au village pendant une semaine. D.

LM1

De nos jours, dans l’inconscient collectif, cet idéal est toujours recherché car il permet aussi aux parents de partager des moments privilégiés avec l’enfant du même sexe que lui. Cela tend à disparaître dans une société où heureusement les activités sont de moins en moins genrés.

La détermination du sexe de l’enfant

« Une de mes tantes a failli perdre la vie à son 4e accouchement. Elle n’avait que des filles et voulait à tout prix donner un garçon à son époux. Ensemble, ils ont eu 4 filles. Lui en a eu 5 car est allé voir ailleurs, et peut être convaincu que son souhait serait exaucé avec une autre femme, a eu encore une fille lors de cette relation extra conjugale qui a failli lui coûter son mariage ». L.

« Le sexe d’un enfant à naître résulte d’une grande loterie, celle qui se produit lors de la rencontre entre l’ovule et les milliards de spermatozoïdes contenus dans le sperme : si l’heureux élu qui va fusionner avec l’ovule est doté d’un chromosome X, alors le bébé sera génétiquement une fille (XX) ; s’il porte un chromosome Y, l’enfant sera génétiquement un garçon (XY). C’est donc la nature du gamète du père qui détermine le sexe chromosomique de l’enfant « . Source Magazine Science & Vie

Après cette définition, cela devient aberrant d’entendre que dans plusieurs familles, des femmes ont porté la culpabilité de ne pouvoir donner un enfant de tel ou tel sexe. Les témoignages que nous avons reçu aussi bien en messages privés que par des personnes de nos cercles proches nous ont démontré que ce sujet, malgré toutes les ressources et informations disponibles reste d’actualité.

« Bien que j’ai eu 4 enfants de même sexe avant ma fille, ils sont tout aussi uniques les uns les autres. Je n’ai pas subi des pressions mais certaines conversations et actions m’ont marqué. Ma meilleure amie m’offrit un livre intitulé « Raising 3 boys » après mon 3 e . Ce fut une délicate attention de sa part. Elle a 2 enfants dont une fille, la cadette, et me disait toujours qu’il y a une différence entre élever une fille et élever un garçon. Elle ne m’a pas mis la pression d’avoir une fille mais était toujours choquée de voir ma famille s’agrandir compte tenu de certains standards informels qu’imposerait la société occidentale dans laquelle on vit. Lorsque j’ai visité une sœur de l’église après plusieurs années, elle a blagué qu’il me fallait une fille. Nous avons tous ri. Mais lorsqu’on se séparait, elle a demandé pardon parce qu’elle a jugé qu’elle avait manqué de tact, reconnaissant que la détermination du sexe d’un bébé à naître n’était pas de mon contrôle ». Bertille

Dans ce témoignage ce qui nous a touché c’est que l’amie de Bertille a su s’auto analyser et revenir vers l’intéressée pour présenter des excuses. Cela peut nous arriver à tous. Savoir se mettre à la place de l’autre et se remettre en question est souvent la clé de résolutions de conflits ou malaises potentiels.

Notre petit manuel de bienveillance que vous pouvez compléter en commentaires :

  • La santé de l’enfant doit toujours primer sur tout
  • Il ya des familles qui sont heureuses avec des enfants du même sexe
  • Lorsqu’on vous annonce le sexe de l’enfant à naître soyez juste heureux pour le couple
  • Si l’envie vous vient de plaisanter sur le sexe du bébé, n’oubliez pas que même en blaguant, votre remarque peut ré-ouvrir des blessures que l’on ignore.

N’hésitez pas à partager avec nous vos idées ou commentaires sur la question.


Autres ressources (à compléter)

Un commentaire sur « Au moins un garçon et une fille »

  1. Très intéressant l’article. Mère de 2enfants dont « j’ai le choix du roi » la phrase qui revient le plus c’est il faut un troisième. L’entourage a la mauvaise habitude de toujours vouloir vous dicter ce qui est bon pour vous. Moi je souris pour éviter de répondre. Faudrait que les gens respectent un peu les décisions des familles de s’arrêter à un ou deux enfants même s’ils sont de même sexe,comme si le sexe déterminait la « bonne vie » de ces enfants

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s