Le silence des 3 premiers mois

Dire ou ne pas dire. Partager cette bonne nouvelle ou la garder pour soi ? Tout comme cette vie qui grandit en moi et dont je suis la seule à ressentir les moindres frémissements, le secret m’appartient.

Je suis une femme moderne. Je suis une femme libre. Je me le répète, je me le martèle et pourtant quelque chose au fond de moi me dit de taire ce que je vis. De garder rien que pour moi ce changement dans ma vie. Du moins les 3 premiers mois.

J’ai cherché la source de cette envie de réclusion, j’ai trouvé de multiples origines. La peur d’une fausse couche, celle de devoir, après avoir annoncé la bonne nouvelle à avoir en annoncer une mauvaise. Les multiples croyances et superstitions africaines : le mauvais oeil, les flèches nocturnes, la jalousie, la mauvaise bouche. La fatigue extrême et les changements d’humeur hormonaux, le déni de mon état etc.

pregnant Woman 2.jpg
Source Pinterest

Autant de raisons pour me renforcer dans ma décision, celle d’attendre que les 3 premiers mois passent.

Alors suis-je réellement la femme libre que je pense être? Pas vraiment. La preuve je publierai ce texte en anonyme. Parce que je ne veux pas être découverte au grand jour. Celle qui au fond veut s’exprimer et se taire. S’exprimer sur ce qu’elle souhaite partager et taire ce qu’elle ne veut faire éclater au grand jour. Surtout s’il s’agit d’une expérience aussi intime que personnelle que faire grandir la vie en soi… Attendez, attendez, n’est ce pas cela la liberté et ne sommes nous pas des êtres de dualité?

Pregnant Woman
Source Pinterest

Oui, oui, mille fois oui. Alors je tairai mes 3 premiers mois et si je change d’avis au cours de ceux ci, je partagerai avec mes proches et ceux qui croiseront mon chemin, la bonne nouvelle. A celles qui le font bien avant la fin du 1er trimestre, c’est votre liberté. A celles qui le font à la délivrance, c’est votre liberté. Chaque choix et revirement de choix est aussi la liberté de chacune. Ne pas se culpabiliser et nous soutenir mutuellement dans nos choix n’est ce pas cela le monde merveilleux de la sororité que nous voulons toutes créer ?

Ano.

3 commentaires sur « Le silence des 3 premiers mois »

  1. Effectivement on peut choisir de taire cette merveilleuse nouvelle, mais comme chaque grossesse est unique, il se peut que notre comportement ou notre corps nous trahissent sans le vouloir…

    J'aime

  2. Je comprends parfaitement. Mais alors parfaitement. Je ne peux pas vraiment « relate » parce que j’ai eu besoin de m’exprimer très tôt. Mon problème à moi est le fait que mon ventre soit visible, qu’il s’arrondisse. J’ai eu du au départ du mal à accepter que ma grossesse soit vue. En parler était plus simple. Avec le temps le problème a évolué. Le problème n’est plus vraiment à mon niveau. J’ai l’impression que l’intimité de l’enfant est violée, que les « gens » peuvent le voir, le regarder sans se soucier de son avis. Je ne sais si cette sensation me quittera.

    J'aime

Répondre à C. Befoune Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s