Etre Père en 2018

A l’occasion de la fête des pères célébrée ce 17 juin, nous avons donné la parole à 3 jeunes pères sur leur vision et leur vécu de la paternité. En 4 questions, ils donnent un aperçu de leur rôle tout en faisant un parallèle avec l’éducation donnée par leur père respectif. A travers les lignes, on lit une sincère implication, une envie de mieux faire et surtout d’être présent.

Tout ce qu’on aime 🙂


1. Être père en 2018, ça implique quoi par rapport à il y a 15 ou 20 ans ?Fete des peres 2018 2
Alain E

J’étais pas Père il y a 15 ans 🙂 Néanmoins avec l’explosion d’internet, les mamans ont des carrières aussi prenantes que celles des hommes ce qui signifie que contrairement à l’époque de nos parents, être Père implique un réel engagement. Etre impliqué dans leur éducation. Partager les moments de bonheur comme de peine, les moments de découvertes. Etre un mentor et un modèle d’amour et d’intégrité. Il faut être présent. Faire preuve d’autorité tout en y associant de la proximité et du dialogue. Il faut créer un lien de confiance. J’ai souvent l’habitude de dire que je voudrais être la première personne à laquelle mes enfants pensent en cas de problème.

Olivier M :

Je pense qu’il y a 15 et 20 ans les pères avaient moins de pression à aller au delà du devoir de nourrir et sécuriser. Je veux dire aujourd’hui, on nous exige d’être plus psychologue, affectueux, présents avec nos enfants. C’est pas une mauvaise chose, mais on a pas 20000 ans de support comme les mères.

Petit Ecolier

Être père en 2018 selon moi, ça implique d’être plus présent. Aujourd’hui les femmes travaillent et contribuent aux charges de la famille, ce qui signifie que le père, qui n’est plus le seul pourvoyeur de fonds, doit également s’occuper des enfants. On a longtemps pensé que certaines tâches incombaient à la mère, par exemple, suivre l’évolution de l’enfant sur le plan scolaire. Aujourd’hui, en tant que père, je m’implique également sur ce plan là, parce que ma femme n’est pas toujours disponible vu qu’elle a, elle aussi, des obligations professionnelles.

On s’occupe donc tous les deux des enfants, en fonction de la disponibilité de chacun.

Être père en 2018, c’est également être attentif à ce que les enfants apprennent autant à l’école qu’en dehors. Surtout en dehors. Avec l’omniprésence des médias, il est plus facile pour les enfants d’accéder à des informations erronées ou dangereuses pour leur âge. En tant que père, je dois veiller à cela. Internet, la télévision, le smartphone etc, peuvent s’avérer très dangereux pour les enfants, plus que par le passé. Et c’est également le rôle du père de s’assurer que les enfants ne soient pas intoxiqués par cela. Enfin, être père en 2018, c’est être vigilant. Certains phénomènes qui étaient presque inconnus il y a 15 ou 20 ans sont aujourd’hui devenus monnaie courante. Les enlèvements, viols d’enfants et autres crimes rituels en font partie, et en tant que père il faut être encore plus vigilant que par le passé pour réduire au maximum les risques de voir sa progéniture figurer parmi les victimes de ces phénomènes.

2. Que veux tu faire de pareil ou différent dans l’éducation que tu as reçue de ton père ?

Alain E

Pareil – la rigueur, les valeurs telles l’amour, le respect, l’altruisme, le partage. Ces valeurs pour moi essentielles
Différent – (ou en mieux) plus de présence et d’implication dans l’éducation au jour le jour. Moins cultiver la peur du Papa, mais plus le respect.

Olivier M :

Pareil – Je veux leur transmettre les même valeurs de soif de savoir et d’éthique.

Différent – Leur donner plus vite confiance en eux et leur permettre d’avoir mieux accès à leur passion.

Petit Ecolier

Différent – Ce que je fais de différent de mon père c’est que je suis beaucoup plus impliqué dans la prise en charge des enfants. Par exemple, la seule chose que je ne fais pas pour mes fils, c’est de laver leur linge. Pour le reste, c’est moi qui donne leur bain au plus jeune et au deuxième. Je fais à manger au plus jeune qui a 6 mois, lui change ses couches, baigne et nourris également le deuxième qui a 3 ans ; c’est également moi qui prépare leur petit-déjeuner tous les matins, etc. Et je le fais avec beaucoup de plaisir, soit dit en passant. En revanche, je ne me souviens pas avoir vu mon père avoir ce genre d’habitude avec nous. L’autre chose que je fais différemment de lui, c’est que j’essaie de rester accessible, ouvert avec mes fils. Mon père était plutôt strict, sévère, ce qui fait qu’il y a un certain nombre de choses qui se passaient à la maison et dont il n’était pas informé. On préférait se confier à notre mère plutôt.

Pareil – Ce que je fais comme lui, c’est que j’essaie d’ouvrir les horizons à mes fils, en lui permettant d’acquérir certaines compétences en dehors du cursus qu’ils suivent. Mon père qui était très polyvalent, nous a toujours encouragés à exercer dans plusieurs domaines différents, comme lui. J’ai par exemple appris à coudre pendant que j’étais adolescent, de même que certains de mes frères et sœurs. D’autres se sont montrés plus aptes en électricité ou encore en menuiserie. Même si je ne couds plus aujourd’hui, je suis polyvalent dans d’autres domaines, notamment l’informatique. C’est cet esprit là que je veux également léguer à mes fils, à qui j’espère apprendre le développement web qui est l’une de mes compétences apprises en autodidacte.

3. Est ce que tu apprends des autres pères de ta génération ? Existe t-il une solidarité/entraide entre vous ?

Alain E

Bien sur. J’ai la chance d’avoir autour de moi beaucoup d’amis qui sont devenus Papa presque au même moment que moi. Parfois, nous échangeons, comparons l’éducation que nous avons reçue à celle que nous voulons pour nos enfants. On échange sur nos trucs et astuces, on partage nos expériences. Cela permet d’abord de resserrer nos liens d’amitié, de montrer à nos enfants leurs « frères » mais aussi et surtout de nous permettre à nous pères de nous améliorer et de nous remettre en question.

Olivier M :

On échange surtout pour être de bons maris.

😂

En fait on a une sorte de club de soutien face aux impressions d’exigence énorme de nos compagnes. Pas exigences matérielles hein, mais toute la pression de la monogamie par exemple, etc.

Petit Ecolier

Je ne dirais pas vraiment que j’apprends des autres pères de ma génération. La raison est peut-être que, malgré que tous mes amis ou presque aient eu des fils en même temps que moi – avec pour certains juste quelques mois d’écart entre les naissances -, il se trouve que nous nous voyons tellement rarement qu’il est presque impossible d’observer ce que l’autre fait et d’apprendre de lui. Mais surtout, je pense que chaque parent a une vision de l’éducation qu’il veut pour ses enfants, et tant qu’il n’éprouve pas certaines difficultés à inculquer cette éducation à sa progéniture, il n’ira pas demander conseil à d’autres. Bien sur, il nous arrive de parler de nos enfants quand on se retrouve, mais ce n’est généralement pas dans l’intention de demander de l’aide ou des conseils.

4. Que te souhaites tu et que souhaites tu à ton père pour cette fête des pères ?

Alain E

A mon papa. Je commencerai par dire Merci. Pour le travail abattu dans notre education quand nous étions jeune. Merci d’être toujours la aujourd’hui que nous sommes nous aussi parents. Je lui souhaite une bonne fête évidement. Aux autres pères comme moi, je demande de la persévérance. De l’abnégation dans cette tache difficile que nous a donné le Seigneur. Que chacune de nos actions envers notre progéniture soit guidée par l’amour.

Olivier M :

Je me souhaite d’être en bonne santé et vivant assez longtemps pour voir mes enfants devenir des adultes indépendants. A mon père j’espère qu’il pourra me voir être un bon père et se dire qu’il a bien fait son boulot

Petit Ecolier

Mon père a toujours été quelqu’un de très actif. Polyvalent, il était un touche-à-tout, et excellait dans plusieurs domaines techniques (menuiserie, maçonnerie, électricité, mécanique et même couture) malgré sa formation purement littéraire. Mais depuis quelques années, sa santé s’est terriblement détériorée, ce qui l’a presque immobilisé. Ce que je lui souhaite donc, pour cette fête et pour après, c’est de recouvrer la santé pour pouvoir profiter avec ses enfants des moments où nous arrivons à la maison pour le voir.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s