Il m’a reconstruite

Et dire que j’ai voulu avorter !

Avec le recul, je me demande comment j’en étais arrivée là! Non! je sais comment! Je ne voulais plus d’enfants et l’arrivée de mon deuxième enfant chamboulait toutes mes certitudes.

Un bébé, un deuxième, une éternité après le premier, Non! Je ne pouvais pas! Cela ne saurait l’être car j’ai pris mes précautions!

Notez que précautions, ce n’est pas ne pas avoir un rapport un 5ème jour de cycle: la preuve, j’étais enceinte.

Non! je ne voulais plus de bébé. Émotionnellement, la grossesse du premier était un enfer.

Mon conjoint n’était pas d’un grand secours. Insultes, rabaissement, humiliation.

Il me traitait de grosse, de laide, de moche et plus encore, accentuant le dégoût que j’avais de moi-même. Pendant 9 mois, le moindre malaise était sujet à dénigrement : “tu veux te faire voir, tu adores te faire remarquer” me disait-il très souvent. Ça a été ainsi toutes ma grossesse. Déjà que je me trouvais moche, ces réprimandes résonnaient en moi comme vérité vraie. Moi, moche et hideuse. J’avais pris plus de 20 kg, le masque de grossesse ne m’avait pas ratée. Mon nez avait des airs de bout de fémur d’un boeuf. Oui j’étais moche et je le vivais mal.

Mes seuls moments de réconfort étaient quand mon bébé bougeait en moi, il me tenait compagnie et très souvent, je nous offrais une séance de dessins animés en me caressant le ventre et en lui parlant.

Mes grandes sœurs m’avaient pourtant préparée. “Enceinte, ne gère pas ton compagnon, occupe toi de toi. Vas savoir pourquoi, je m’étais accrochée à un idéal dans lequel mon homme, le père de mon enfant, serait là, partagerait et vivrait les grossesses avec moi”. ¡ERREUR!

Ma confiance en moi en avait pris un sérieux coup; et qui était le coupable désigné ?

MA GROSSESSE! Non, je ne parlerai pas de lui, aujourd’hui, il n’a plus ce pouvoir!

pregnancy
Peinture auteur inconnu

Non, je ne voulais plus de bébé. Il y avait peu de choses dont j’avais la certitude mais de celle-ci, j’en étais sûre. Et quand je me rends compte à 3 mois que je suis enceinte, le monde s’est effondré. Je me suis sentie si malheureuse, si misérable. Une autre grossesse? Encore? Je me voyais arpentant les 9 mois telle une limace, je revoyais tous ces désagréments et non, je ne voulais plus jamais au grand JAMAIS, avoir de la peine à me redresser tellement mon ventre était énorme.

Je me voyais aussi dans un tunnel entouré d’un épais brouillard. L’avenir me paraissait si incertain et moi, maniaque de contrôle me voilà enceinte de n’avoir pu contrôler mon cycle de reproduction.

Après des semaines de doute, après bien des tête-à-tête avec moi (mon déni de grossesse a duré un mois), je décide de le garder! Il y avait bien une raison pour qu’il eusse débarqué dans ma vie de façon aussi fracassante. Je devais avoir le courage de dire OUI, et d’appliquer le “laisser-aller”, le « lâcher-prise ». De toutes les façons, ayant connu le pire, cette grossesse ne serait pas pareille. Elle ne saurait l’être, je me le dois à moi!

Et puis, je me suis souvenue que “ce qui ne me tue pas, me rends plus forte”. C’est à ce moment que le passé prenait tout son sens. Ce passé jadis douloureux allait faire mon bonheur à présent. Tous les conseils que je n’avais pas écoutés, avaient tout leur sens ici. Durant la grossesse, je dois avant tout m’occuper de moi, parce que chéri ou pas c’est de moi qu’il s’agit, mon corps, ma vie, mon état d’esprit et mon BONHEUR que j’étais résolue à ne plus confier à qui que ce soit.

belly painting
Belly Painting

Ma grossesse comme la première s’était passée sans tracas. Je n’avais pas pris beaucoup de Kg car je souffrais de ballonnements atroces et problèmes digestifs à tel point que même croquer une fois dans une pomme devenait un supplice. Pour la ligne, ça aide lol mais pour le reste: NON MERCI!

J’étais épanouie, je brillais de mille feux, je me trouvais belle et rayonnante. Tout allait pour le mieux. 9 mois plus tard, ma famille accueillit le 2ème garçon.

Au fur et à mesure que mon fils grandissait, je m’émerveillais de tout. Je rendais grâce pour la vie, Je me sentais bénie d’avoir donné la vie. Avec le premier, mon délabrement psychologique était tel que je survivais et je me contentais de mettre un pied devant l’autre ne réalisant pas le cadeau que la vie, l’Univers, Dieu m’avait donné. Avec le petit frère, je profitais de tout et je prenais la pleine mesure de son arrivée dans ma vie.

sons
Image From Pinterest

Moi qui détestais regarder mes photos de grossesse, je me surprends à les regarder (celles de son grand frère aussi) nostalgique, souriant et fière d’avoir connu la joie d’enfanter.

Je bénis le Ciel tous les jours de ma vie depuis sa naissance, il FALLAIT qu’il arrive dans ma vie, il fallait que je me réconcilie avec la grossesse et la maternité que je calomniais.

Je rends grâce car l’amour que j’ai pour mon aîné, cette façon surprotectrice que j’ai de le couver a son sens car je l’ai porté en moi 9 mois. C’est si évident aujourd’hui que j’en ris de m’en être rendue compte avec le deuxième.

Merci de m’avoir reconstruite en tant que mère. Merci, je te dis MERCI mon fils.

Ano.

2 commentaires sur « Il m’a reconstruite »

  1. Bel article. Deux chose que je n’ai pas compris : « Ça a été ainsi toutes mes grossesses. » (Y a eu combien de grossesses ?) ; « Ma grossesse comme la première s’était passée sans tracas. Je n’avais pas pris beaucoup de Kg car je souffrais de ballonnements atroces et problèmes digestifs à tel point que même croquer une fois dans une pomme devenait un supplice. Pour la ligne, ça aide lol mais pour le reste: NON MERCI! » (?????) et une question : cette période difficile (première grossesse) a eu quel impact sur l’enfant ou le couple ? Merci de nous interpeller sur l’attitude à ne pas avoir tant sur les mots, le comportement, la présence et la responsabilité durant ce moment unique dans la vie.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s