Je deviens ma mère

Pendant très longtemps j’ai pensé que ma mère et moi nous étions à l’opposé en matière de style parental. Certainement parce que nous avions eu pas mal d’accroches quand il a fallu que je devienne mère, à mon tour, sous son regard et sa supervision.

Nous nous sommes beaucoup prises la tête sur les questions qui touchaient à l’allaitement, la position de l’enfant au coucher, certaines pratiques ou habitudes traditionnelles, l’apprentissage de la propreté, les soins à donner aux enfants et bien d’autres. La liste est longue.

J’ai eu droit à cette célèbre réplique des mamans Camerounaises tellement de fois : «Akah ! Sabitou ! Il faut me laisser pardon ! Moi j’ai eu 6 enfants et ils se portent bien. Toi tu as seulement un enfant et tu veux me monter sur la tête ».

C’était au point où cela nous a respectivement laissé un goût amer. Pour moi, à ce moment précis où je commençais mon aventure de maman, j’aurais aimé qu’au delà de son savoir faire qu’elle se mette un plus en retrait et me laisse la possibilité de le faire à ma façon et d’attendre que je vienne vers elle. J’imagine que pour elle, chaque résistance, chaque refus de ma part, était pris comme une critique ouverte ou une désapprobation pour la mère qu’elle a été pour moi.

Aujourd’hui toutefois, je réalise que plus je grandis dans mon rôle de mère plus je me calque sur son exemple. Je commence seulement à comprendre le modèle féminin qu’elle a été pour moi. J’imagine que le temps et l’expérience me font davantage l’apprécier.

mothers
Peinture de Keith Mallet

Ce matin devant mon miroir par, je me suis retrouvée à dire tout haut : «Eh maman, merci ! Si ce n’était pas toi, je me serai retrouvée ici au Canada à dépenser des fortunes à répétition, juste pour me faire mes cheveux. Mais heureusement aujourd’hui je peux me coiffer toute seule parce que tu m’as encouragée très tôt à apprendre l’art des tresses africaines ».

tresses
Source Pinterest – Black Art

Ma mère est une visionnaire, dans le sens où elle nous a toujours encouragée à devenir des femmes indépendantes capables de se débrouiller et de s’en sortir par elles-mêmes. Elle nous a surtout communiqué le plaisir d’apprendre et de se surpasser dans chaque chose que nous entreprenons. Je me souviens que pour le cas des tresses par exemple, ma mère insistait sur le fait que mes sœurs et moi-même devions nous tresser entre nous tous les week-ends. Mais plus encore quand personne ne me faisait assez confiance pour me laisser faire ses cheveux, elle me laissait faire les siens et marchait fièrement avec des tresses médiocres comme pour m’encourager à continuer et n’hésitait pas à m’acheter des poupées pour que je puisse m’exercer.

braids

Mais il ne s’agissait pas que de tresses! c’était le cas pour tout chose que j’entreprenais, même s’il ne s’agissait pour moi que d’un hobby passager. C’était le cas lorsque je voulais apprendre la pâtisserie. Ma mère n’hésitait pas une seconde a acheter tous les ingrédients dont j’avais besoin autant de fois que possible pour que je m’améliore à chaque essaie. C’était le cas aussi pour ma passion pour la mode ; c’était le cas pour la danse, c’était le cas pour le chant; c’était le cas pour nos notes scolaires etc. Tellement de choses qu’on prend pour acquises quand on est un enfant.

ballerina
Source Pinterest – Black Ballerina

Aujourd’hui encore je vis sa présence encourageante à chaque épreuve, à chaque victoire, à chaque publication Facebook. Elle ne se fatigue jamais de me dire : « Vas y ma grande !». En fait, Maman a toujours été ma première Fan. Malheureusement (ou heureusement), il y a des choses que l’on apprécie davantage lorsqu’on vit la même expérience. Il y a des choses que j’apprécie mieux aujourd’hui venant de ma mère parce que je suis mère à mon tour. Je comprends l’amour inconditionnel, le travail permanent, les sacrifices et l’espoir qu’on porte pour nos enfants.

Une autre chose dont j’ai pris conscience en pensant à l’éducation que ma mère nous a donnée, c’est cette présence discrète qui nous permettait de vivre nos propres échecs sans jamais nous étouffer de conseils ou nous dicter une conduite. Jamais derrière notre dos pour nous dire et redire ce que nous devions faire. Si oui, lorsque c’était plus fort qu’elle, elle nous l’aurait dit une fois, où aurait attendu qu’on vienne lui demander ce qu’elle en pense. Elle nous laissait vivre nos propres expériences, faire nos propres erreurs. Et c’est comme ça que nous avons appris.

Quand j’y pense, lorsque je me suis heurtée aux difficultés de la vie et que je me suis retrouvée blessée, déçue, je me souviens m’être dit que j’aurais aimé que ma mère me prévienne, qu’elle fusse plus ferme avec moi, qu’elle m’interdise, ou me protège d’avantage. Mais ce n’était pas dans sa nature de mère.

Ma mère s’est concentrée sur l’amour, la douceur, la complicité et la présence inconditionnelle.

Et si elle n’a pas joué le rôle de la “mère phare” qui veille en permanence sur ses enfants, si elle a trop souvent respecté notre besoin parfois immature de distance, et d’indépendance, nous pouvions être certains de toujours pouvoir compter sur sa présence et son épaule à chaque larmes versées, à chaque douleurs, à chaque épreuve, a chaque étape de nos, au point de tout laisser tomber, de s’oublier elle même pour notre bonheur. Mais au delà de tout, ma mère n’a jamais eu la prétention de tout savoir, ni d’être une mère parfaite. Elle nous a permis avec elle de grandir et de mûrir nos relations.

motherd

Avec mes enfants, bien qu’ils soient encore tout petits, mon bilan il y a encore quelques mois, est que j’ai beaucoup plus mis l’accent sur la discipline. En effet, nous autres humains, avons tendance à mettre l’accent sur ce qui nous a manqué en oubliant (pour certains) tout ce dont nous avons bénéficié. Mais cela fait un moment que je me rend compte que sans le faire exprès, je commence à faire comme ma mère.

Quand je regarde en arrière, je vois et je revis tous les sacrifices, tout l’amour, le temps et la tendresse que ma maman m’a donné.

Les moments que nous passions à essayer ses vêtements et accessoires qu’elle avait gardé dans sa cantine pour que mes sœurs et moi puissions les porter quand nous serons grandes ; le temps à bavarder et à rigoler ensemble dans son atelier de couture, le temps qu’elle nous permettrait de la maquiller. Le temps qu’elle passait à nous faire des plats spéciaux pour nos anniversaires. A passer des nuits blanches à nous coudre des tenues magnifiques ou même encore nos longs silences ou juste sa présence suffisait à nous combler, je veux faire comme ma mère!

sew

Je prends conscience que chaque fois que j’achète une tenue, je pense à ma fille qui pourra à son tour la porter bien des années après. Je me projette dans le futur et je m’imagine ouvrir ma vieille cantine de vêtement pour qu’elle puisse choisir à son tour ce qui lui fera plaisir. Comme ma mère, j’ai acheté ma machine à coudre en pensant en priorité à mes enfants. Je veux aussi à chaque anniversaire, qu’ils se sentent plus spéciaux qu’ils ne le sont déjà à mes yeux. Je prends plaisir à passer des nuits blanches pour leurs décorations d’anniversaire.

Parce que ce sont en partis les beaux souvenirs que je garde de ma mère et que je veux transmettre à mes enfants.

Quel enfant voudrait se souvenir des fois où ses parents l’ont punis? Mais tout enfants se souviennent des moments d’amour, de tendresse et de complicité passé avec ses parents. Je voudrais laisser la même empreinte dans le cœur de mes enfants. Je me rends bien compte qu’avec beaucoup de plaisir, je deviens ma mère.

pexels-photo-532389

Rachel-Diane Cusiac-Barr


Rachel Cusiac BarrRachel-Diane Cusiac-Barr est une camerounaise, mère de 2 enfants, vivant à Montréal au Canada avec sa petite famille. Styliste, elle est la créatrice de la marque Niango depuis 2014. La marque se définit autour des femmes, et tire son inspiration de leurs parcours, de la manière dont elles s’expriment et de leur évolution au fil du temps.

Site Internet | Facebook  Son blog

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s