Mes 9 mois vers la vie…

601775384aad4ca8031322e847acf5ed
Source : http://afro-art-chick.tumblr.com/

En me penchant sur ma feuille en ce jour, l’idée est d’aborder la question de la paternité, non pas le cheminement très personnel et psychologique que cela a représenté pour moi de devenir père la première fois, mais plutôt ma contribution à ce que cela a impliqué de devenir parents à deux, à vivre la métamorphose physique, et psychique de la maman, l’y accompagner, le vivre, des premiers jours ou l’heureuse nouvelle m’a été annoncée, a la maternité 3 jours après sa naissance, quand je les ai fièrement ramenés a la maison. J’étais Papa…

A titre personnel, si il y’a un job que je suis prêt à faire à temps plein, et cela sans revenus, c’est celui d’être Papa de mes 2 bouts de choux. Ah attendez une minute, c’est déjà le cas et il  n’y a pas de salaire. Je suis ce que l’on peut appeler un Papa poule, toujours proche de mes bébés, attentif au moindre cri, moindre sifflement dans le sommeil, partagent autant que faire se peut leurs moments de découverte, d’évolution. Nous avons, si on peut le dire, une relation fusionnelle et passionnelle. J’aime à croire que nous l’avons bâtie depuis le moment où ils ont pris forme dans le sein de leur maman.

Cette relation, je veux aussi le croire, est le résultat d’un travail de longue haleine.

La grossesse de mon fils aîné, je l’ai vécue intensément. Je pense qu’il ne me manquait que les douleurs, la gêne des nausées, la miction toutes les heures, les fuites, les sottes humeurs, encore que de ce cote-là, j’avais été gâte. Sa maman étant plutôt dure au mal, et sobre dans sa souffrance, faisait tout pour ne pas m’embêter, et en retour, je faisais tout pour lui rendre cette période gênante la plus doucereuse possible. On avait trouvé notre équilibre et chacun, de façon tacite travaillait ardemment et de manière coordonnée à la venue de ce petit être.

De mon point de vue, l’implication du Papa est nécessaire dans la maternité de son enfant à venir.

Travailler ensemble à préparer la naissance d’un être voulu, et souhaité, procure le plus grand bien. D’abord à titre personnel. Vous apprenez à connaitre le corps de votre partenaire, à en comprendre les métamorphoses, à entendre le craquement des os qui se dilatent en vue de faire plus de place à votre prince. Vous aidez la future maman à rester positive, car elles ne le disent pas toutes, elles ont besoin d’être motivées, soutenues dans cette épreuve, réconfortées, et c’est d’ailleurs la moindre des choses, vu qu’elles donnent leur corps en sacrifice pour que nous puissions nous pavaner avec notre sosie et faire les fiers tels des paons! Ce corps meurtri, qui gardera à jamais les marques de cette maternité, il faut l’honorer et le vénérer pour l’effort surhumain qu’il conçoit à faire.

Alors, la présence d’un homme devient importante, si elle est constructive.

Comprendre les choses avant que les mots soient prononcés, mettre un oreiller sous le dos pour lui faciliter les choses, l’aider en lui mettant du vernis sur les orteils (Zone qu’elle ne pourra plus atteindre pendant des mois), lui rappelant que même si elle se trouve plus belle, à vos yeux, elle l’est encore plus. L’accompagner à ses visites prénatales, regarder avec de nouveaux yeux ces clichés d’échographies où vous ne décelez que votre fierté, car il faut se le dire, vous n’y voyez rien sur ces clichés d’échographie. Moi j’avais même poussé le bouchon jusqu’à dire que mon fils ressemblait à mon frère jumeau. Ce qui avait déclenché un rire hilare, quoique emprunt de respect de la part du médecin, regardant avec beaucoup d’admiration ce couple qui faisait face à la maternité en équipe.

On ne peut donc pas négliger le rôle d’un père dans le processus de grossesse car, dans beaucoup de cas, il participe à amener une femme détendue sur la table de travail. Épreuve ultime, ô combien stressante pour moi en tant que père. Sentir l’appréhension et la peur monter chez la future maman, à chaque contraction, voir votre partenaire d’habitude si forte, se tordre et réclamer que cette épreuve s’arrête vite. Là encore, vous vous devez d’agir en ami, en coach, la motiver, la rassurer, lui rappeler que vous serez là à ses côtés, et que le petit être à venir mérite ce dernier effort. La rassurer sur le fait que le plus important est qu’elle en sorte en super forme et contente. Le reste étant entre les mains d’un être infiniment plus puissant qui seul peut réellement expliquer ce processus long, qui a vu une femme fine, forte se transformer, se métamorphoser, avoir le corps complètement changé pour y faire de la place à un petit être innocent, qui s’apprête à venir.

Je rends toujours grâce à Dieu de m’avoir mené dans une clinique qui permet au papa d’assister à la naissance de votre bébé en direct. C’est de loin l’expérience la plus forte que j’ai vécue à ce jour.

Genevieve Sauvalle Photo_2
Photo par Geneviève Sauvalle

Voir votre partenaire se décomposer, souffrir, hurler à la mort, et pourtant continuer à être forte, et souriante entre deux poussées. Ne pas sentir ses ongles qui s’enfoncent si forts dans votre chair parce que vous essayez d’imaginer ce qu’elle endure pour donner la vie. Certes vous ne pouvez même pas imaginer. Vous en arrivez même à vous dire que si c’est ainsi, vous ne voulez plus d’un autre enfant. Car une telle souffrance, vous ne l’imaginez pas, vous n’y survivrez pas surement. Et plus grave encore, personne ne voudrait endurer cela plusieurs fois ! Mais dès que le petit être s’est mis à pleurer, Je me suis retourné vers elle et j’ai juste dit « Merci ».

Contribution de Alain Etoundi 


cropped-image-insta.jpgLe Blog « Les Maters » a une vocation de plateforme collaborative pensée pour les femmes sur des thématiques autour de la maternité. Chaque contribution retranscrit la vérité ou le vécu d’une personne en espérant que cela puisse aider ou mettre la lumière sur un sujet particulier.  Vous souhaitez contribuer à découvert ou sous anonymat ? Ecrivez nous sur : lesmaters@gmail.com 


 

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s